Rencontre avec les responsables de la Licence "Ressources et Qualité de l'eau"

< Toutes les Interviews / Témoignages
06 juin 2017
P. Ribstein et G. Ona-Nguema - Licence RQE - 2017.JPG
Georges ONA NGUEMA et Pierre RIBSTEIN
Responsables pédagogiques
À l'obtention de leur diplôme, les étudiants de la Licence professionnelle Métiers de la protection et de la gestion de l'environnement, Spécialité "Ressources et Qualité de l'Eau" (LP RQE) sont opérationnels et compétents dans de larges domaines qui intéressent l'eau dans l'environnement et trouvent très rapidement un emploi.

L'eau est un enjeu au coeur des problématiques contemporaines. Le CFA UPMC prend en compte le contexte économique et écologique à travers la licence professionnelle "Ressources et Qualité de l'eau". Les responsables de la Licence vous disent tout sur cette formation !

 

 

 

Georges Ona-Nguema

 

Enseignant chercheur - Maître de conférences
Georges Ona-Nguema enseigne la bio-géochimie, la microbiologie environnementale, etc. Il assure dans le cadre de la licence professionnelle "RQE" les enseignements de microbiologie. De manière générale, il s’intéresse aux interactions entre les micro-organismes et les objets géologiques (la géo-microbiologie) pour comprendre la dynamique des polluants dans les milieux naturels, afin in fine de proposer des solutions de (bio)remédiation des milieux.

 

Pierre Ribstein

 

Enseignant chercheur - Professeur
Pierrie Ribstein enseigne l'hydrologie. Il étudie la quantité d’eau dont peuvent disposer les population en fonction de la ressource en eau disponible, depuis les précipitations venant de l’atmosphère jusqu'aux eaux souterraines qui vont retourner aux rivières et enfin à la mer.

 

 

 

Georges Ona-Nguema et Pierre Ribstein, co-responsables de la licence professionnelle en apprentissage "Ressources et Qualité de l'Eau"

 

«
À travers la LP "RQE", nous proposons un socle de connaissances académiques indispensables pour un ensemble de métiers auxquels conduit la formation qui est très généraliste sur les questions d’environnement autour de l’eau.

Les apprentis se spécialisent en fonction du poste qu'ils ont choisi dans le cadre de leur apprentissage. À l'issue de leur formation, ils sont opérationnels sur une large palette de métiers avec des sensibilités sur certains domaines en fonction des missions qui leur ont été confiées dans l'entreprise, pendant leur année d'apprentissage.

Tout l'objectif de la formation est de donner aux étudiants un bagage de connaissances théoriques et pratiques solides de façon à ce qu'ils soient polyvalents et opérationnels dans tous les domaines que nous étudions dans le cadre de la Licence. 

»

«
Les enseignements de la LP « RQE » traitent aussi bien de la quantité d’eau disponible que de la qualité de l’eau fournie aux populations et/ou rejetée dans l’environnement. Il peut s’agir d’eau présente dans le milieu naturel ou d’eau influencée par des aménagements.

A l’issue de la Licence « RQE », les étudiants vont s’insérer dans différents milieux professionnels, qu’il s’agisse du traitement de l’eau, de la potabilisation, de l’assainissement des eaux usées, du transport de l’eau dans les aménagements, de la recherche scientifique liée à l’eau, …

Quelques autres Licences professionnelles existent en France, le plus souvent spécialisées sur certains aspects seulement du cycle de l’eau, par exemple sur l'eau pluviale, ou sur un traitement particulier de la ressource en eau. Pour la licence professionnelle Ressources et Qualité de l'Eau, nous avons choisi de proposer une formation très généraliste offrant de larges débouchés.

Les enseignements que nous proposons sont diversifiés : cycle de l’eau de surface et de l’eau souterraine, qualité de l’eau, traitement de l’eau, transport de l’eau, hydraulique, microbiologie, éco-toxicologie…

»

 

 

 

Les deux enseignants-chercheurs partagent la même conviction que « l’alternance et l’apprentissage sont des modalités d’enseignement qui confèrent à l’étudiant un statut très intéressant pour relier l’aspect théorique/académique à l’aspect mise en pratique de terrain ».

 

«

La Licence professionnelle "RQE" propose à la fois d’apprendre toutes les notions académiques afférentes à la quantité et à la qualité de l’eau, et de mettre en application ces connaissances pour une insertion professionnelle rapide et efficace. C'est une chance proposée aux jeunes qui leur permet de construire un projet professionnel solide.

C’est principalement cet aspect-là daccompagnement vers une intégration efficace dans le monde professionnel pour résoudre des problèmes liés à l’environnement, qui m’a amené à vouloir prendre la responsabilité de la licence. En effet, les atouts majeurs inscrits dans l'ADN d'une université comme l'UPMC - Sorbonne Universités sont de proposer aux étudiant(e)s une sortie permettant une bonne insertion professionnelle à la fin de chacun des cycles de formation du système LMD (Licence-Master-Doctorat).

Les jeunes sélectionnés sont ceux qui ont à cœur d’appliquer en entreprise les connaissances, parfois trop académiques, acquises à l’université. L’apprentissage vient donc offrir un regard neuf sur les matières qui ont été enseignées tout au long de leur formation. Cela permet à l’étudiant(e) de constater l’utilité des matières via des cas concrets. C’est ainsi qu’il(elle) se rend compte de l’utilité de la chimie, des statistiques, de la biologie, de la gestion de l’eau…

L’alternance et l’apprentissage forment un véritable atout des Licences professionnelles lorsqu’on les compare à des formations purement académiques. Les étudiants sont diplômés en tant que professionnels, ils ne sont plus étudiants en sortant de la Licence professionnelle.

 

»

«

L’apprentissage apporte, selon moi, une maturité incomparable par rapport à des étudiants « classiques » qui ont souvent une formation un peu trop théorique. C’est un moyen efficace de réussite dans les études universitaires, d’autant plus pour les étudiants qui connaissent des difficultés d’adaptation aux aspects théoriques qui mènent au Master.

Nous observons la transformation de nos étudiants entre le début d'année au mois de septembre et la fin de leur apprentissage au mois de septembre n+1. L'étudiant(e), à travers la mise en pratique en milieu professionnel, acquiert un savoir-être et des compétences professionnelles, si bien qu’il est opérationnel, à l’issue de la formation, dans le monde du travail en entreprise.

Cette maturité professionnelle et ce savoir-être sont les principaux acquis qu’offre l’alternance, qui ne s’acquièrent pas dans une formation initiale plus « classique ».

Beaucoup d’étudiant(e)s sous-estiment leur aptitude à s’intégrer dans le monde professionnel et/ou leur utilité au sein de l'entreprise. Ce phénomène s’observe dans le cadre de l’insertion professionnelle après l'obtention d'un diplôme universitaire. Or l’apprentissage, et notamment l'apprentissage au sein d'une formation universitaire, permet à ces jeunes gens de gagner en confiance et de croire en leurs capacités, en leurs connaissances.

»

 

P. Ribstein et G. Ona-Nguema - licence RQE 2017 2.JPG
Georges Ona-Nguema, Maryse Rouelle, Pierre Ribstein

 

 

Prédominance de la pratique  : une force de la Licence professionnelle "RQE"

«

Un atout de cette Licence, est la place que la pédagogie accorde aux stages de terrain.  En début de formation les jeunes vont sur le terrain pour, dans un premier temps, observer le milieu naturel et appréhender les techniques relatives à la manipulation des instruments et à l’échantillonnage. Les apprentis sont mis en situation pour comprendre les enjeux autour des analyses de terrain.

Ils acquièrent des compétences sur l’avant, pendant et l’après mesures, prélèvements des échantillons. Nous les mettons en situation, nous les accompagnons, nous leur montrons comment seront ensuite valorisées les données obtenues.

Le second stage est une mise en situation organisée sous forme de projet tuteuré où les étudiants doivent rendre compte de leurs analyses à un client. Des sujets sont proposés avec un cahier des charges défini. Les étudiants sont divisés en groupes et se répartissent les sujets.

Un autre atout de notre licence est que l’offre de formation intègre des cours, séminaires, conférences en lien avec les thématiques abordées en cours et donnés par des professionnels d’entreprises partenaires. Par exemple, nous avons le campus dédié à l’eau Aquafutura de l’UPMC, situé à Ivry-sur-Seine à proximité de l’Entreprise EaudeParis qui fournit l'eau potable à Paris et dans les départements périphériques. Des enseignements sont donc fournis par des professionnels envoyés par leur entreprise.

»

«

Le premier stage, est l'observation d'un terrain et l'assimilation des techniques de mesure.

Lors du second stage, il s'agit de mettre en pratique de façon autonome ce qui a été appris au cours de l'année. Les étudiants se rendent sur un nouveau terrain où ils doivent mener leur projet de A à Z en quasi autonomie. Ils doivent chercher à répondre à un cahier des charges transmis par un client, dans une situation la plus proche possible de la réalité.

Les stages prennent beaucoup de temps dans la formation. Il faut préparer en amont le stage, puis il y a le travail sur place et enfin tout le travail d'analyse et de mise en formes. 

La pratique représente les trois quarts du contenu de la formation. Les étudiants travaillent sous forme de projets et de travaux pratiques. Ils assimilent mieux la théorie qu'ils traduisent directement en la mettant en application.

»

 

« Nous venons de signer une convention de collaboration avec le SIAAP (Le syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne) qui traite les eaux usées. Grâce à cette convention nos étudiants ont accès aux infrastructures de la Cité de l’eau du SIAAP de Colombes (92), comme par exemple des minis stations d’épurations (pilotes) où les étudiants peuvent effectuer des travaux pratiques encadrés par des professionnels du SIAAP. »

 

 

Et après la Licence professionnelle Ressources et Qualité de l'Eau "RQE" ?

«

Après la Licence, nous essayons de garder contact avec nos apprentis et nous restons disponibles pour eux. Souvent les apprentis trouvent un poste très rapidement après l’obtention du diplôme. Néanmoins, lorsque nous les sollicitons, ils répondent le plus souvent à nos demandes. Nous les tenons informés lorsqu'une offre d’emploi nous parvient. Finalement, une fois qu’ils ont le "pied à l’étrier" ils ont moins besoin de nous. Nous les accompagnons durant un an pendant la formation. Après cette année de formation, ils sont normalement prêts pour la vie active !

Ce qui est amusant c’est que parfois, nous retrouvons d’anciens apprentis devenus maître d’apprentissage d'un étudiant de cette licence qu'ils ont eux-mêmes préparé quelques années auparavant. 

 

»